Marc Bloch
L'oeuvre
Recherche sur l'ensemble des pages du site (saisissez un ou plusieurs mots):
 
           
 
   























Langue : Français Éditeur : Gallimard (23 mars 1983)
Collection : Bibliothèque des histoires
Format : Broché - 542 pages Nouv. éd édition
ISBN : 2070227049 Dimensions (en cm) : 4 x 14 x 23

 

Présentation de l'ouvrage
par Étienne Bloch

Le terme " thaumaturge " n'étant peut-être pas familier à tout le monde, il importe avant tout d'en indiquer le sens, à proprement parler : " faiseur de miracles ". L'objet du livre s'éclaire par le sous-titre : Étude sur le caractère surnaturel attribué à la puissance royale particulièrement en France et en Angleterre. Ce miracle que, seuls de toute la chrétienté, les rois de France et d'Angleterre sont capables de réaliser, c'est la guérison de l'adénite tuberculeuse dont sont atteints les scrofuleux, que le roi obtient par la seule imposition des mains sur les malades. L'ouvrage est essentiellement l'histoire d'un miracle et de la croyance dans ce miracle. C'est aussi une histoire comparée car les similitudes et les différences entre l'exercice du miracle en France et en Angleterre sont signalées tout au long de l'ouvrage.
Le volume de l'ouvrage et l'importance de l'appareil critique ne doivent pas laisser l'impression que Les Rois thaumaturges est un livre de spécialiste écrit pour les spécialistes. En vérité, il n'en est rien. Il peut et doit intéresser quiconque est soucieux d'apprendre et de comprendre l'explication du mystère du pouvoir royal, de son emprise sur le peuple pendant des siècles et de la croyance aveugle de la masse dans ce personnage hors du commun que l'on nomme le roi. Tout grand livre, comme celui-ci, soulève en effet des grandes questions sur nos civilisations et nos sociétés, telles que celles de la construction, de l'épanouissement et de la disparition de l'image d'un monarque, ou celle d'un chef de tribu, auquel il semble nécessaire d'attribuer des pouvoirs supranaturels pour qu'il apparaisse comme vraiment séparé du reste de l'humanité.
Le miracle de la guérison des écrouelles, selon Marc Bloch, est né en France vers l'an mil, en Angleterre environ un siècle plus tard ; il a disparu en Angleterre à l'avènement de la dynastie allemande de Hanovre en 1714, en France, le 31 mai 1825, lorsque Charles X, après son sacre, fut le dernier roi de France à toucher les écrouelles.
Aujourd'hui Jacques Le Goff, avec d'autres historiens, fait remonter l'apparition du rite du toucher beaucoup plus tard, au XIIIe siècle pour la France. Ces retouches aux thèses de Marc Bloch n'altèrent pas le sens général de l'ouvrage. Laissons à l'auteur lui-même le soin de le préciser : " Il ne pouvait être question d'envisager les rites de la guérison, en dehors de tout le groupe de superstitions et de légendes qui forme le merveilleux monarchique : c'eut été se condamner d'avance à ne voir en elle qu'une anomalie ridicule, sans lien avec les tendances générales de la conscience collective. Je me suis servi d'eux comme d'un fil conducteur pour étudier, particulièrement en France et en Angleterre, le caractère surnaturel attribué à la puissance royale, ce que l'on pourrait nommer la royauté mystique. La royauté ! Son histoire domine toute l'évolution des institutions européennes… Or pour comprendre ce que furent les monarchies d'autrefois, pour rendre compte surtout de leurs longues emprises sur l'esprit des hommes, il ne suffit point d'éclairer, dans le dernier détail, le mécanisme de l'organisation administrative, judiciaire, financière, qu'elles imposèrent à leurs sujets ; il ne suffit pas non plus d'analyser dans l'abstrait ou de chercher à dégager chez quelques grands théoriciens les concepts d'absolutisme ou de droit divin. Il faut encore pénétrer les croyances et les fables qui fleurissent autour des maisons princières " ; et plus loin, sur un autre registre : " En somme ce que j'ai voulu donner ici, c'est essentiellement une contribution à l'histoire politique de l'Europe au sens large, au vrai sens du mot. "
Fidèle à son dessein, Marc Bloch va chercher, en utilisant tous les témoignages connus ou inconnus, à déterminer non seulement l'apparition du miracle, à l'expliquer et le comprendre, à montrer son épanouissement et sa disparition avec des vicissitudes différentes en France et en Angleterre, mais aussi en étudiant, comme il l'a annoncé, les croyances et les légendes qui gravitent autour de la puissance royale, puis de la personne royale elle-même, dont l'un des moments essentiels est le sacre qui confère au roi de France sa qualité sacerdotale, les positions et les réactions de l'Eglise qui ont varié avec le temps, la traduction par les juristes et les politiques du pouvoir guérisseur des rois en instrument de la construction théorique de la royauté de droit divin, toutes ces actions se ramifiant et s'interpénétrant dans un réseau que Marc Bloch cherche à dénouer. Bien entendu, il montre aussi comment la croyance dans le miracle royal s'est développée dans le peuple, s'est renforcée, a été mise en doute par des sceptiques de plus en plus nombreux et comment elle a fini par mourir. Ainsi est reconstituée toute une atmosphère mentale à travers plusieurs siècles.
Aujourd'hui, le caractère pionnier du livre Les Rois thaumaturges, est reconnu par de nombreux historiens. Selon Jacques Le Goff, par cet ouvrage, Marc Bloch est le père de l'anthropologie historique ; il observe que : " Reste encore à exploiter et à développer aujourd'hui ce grand stock d'idées restées neuves que renferment Les Rois thaumaturges, étude des rites, des images et des gestes des sociétés historiques. "
Le lecteur moins averti ressent encore, aujourd'hui, l'originalité et la nouveauté de cet ouvrage.

 

 

Présentation de l'ouvrage
Par Jacques Le Goff

Les Rois thaumaturges sont le premier grand livre de Marc Bloch. Il paraît en 1924 quand Marc Bloch avait trente-huit ans. Il avait en 1920 publié, bénéficiant des mesures spéciales accordées aux combattants de la Grande Guerre, une version raccourcie d'une thèse de doctorat : Rois et serfs. Quoique annonçant ses futures études sur la royauté, le monde rural et la société féodale et utilisant de nouvelles méthodes d'exploitation des documents, cet ouvrage se situe dans la tradition de l'histoire économique sociale et politique et dans celle de l'histoire médiévale en France et en Europe occidentale.
Les Rois thaumaturges sont le fruit d'un intérêt pour des thèmes très nouveaux dans l'historiographie européenne. C'est un livre révolutionnaire.
Son sous-titre : Étude sur le caractère surnaturel attribué à la puissance royale particulièrement en France et en Angleterre dit bien l'objet du livre, c'est une recherche sur la croyance, sur des réalités qu'il appelle mentalités. Cette croyance est celle des hommes et des femmes du Moyen Âge en un pouvoir miraculeusement guérisseur qu'auraient eu les rois de France et d'Angleterre, celui de guérir en les touchant de la main les malades souffrant de ganglions, lésions, rougeurs appelées écrouelles. Les médecins modernes ont identifié cette maladie comme étant le scrofule c'est à dire l'adénite tuberculeuse. Qu'il s'agisse bien d'elle ou d'affections prêtant des symptômes voisins, elle semble avoir été répandue au Moyen Âge.
La première nouveauté de ce livre est de s'intéresser à une affection corporelle. Marc Bloch parlera plus tard des " aventure du corps " et il a été un pionnier de l'histoire du corps, qui est devenues un important objet d'étude de la part des historiens et qui reste aujourd'hui un chantier très fécond. Marc Bloch avait été poussé aussi vers ce sujet par la grande amitié qui le liait à son frère médecin, décédé avant la parution du livre.
En même temps Marc Bloch avait consulté des travaux sur la médecine populaire, sur les " superstitions " médicales et avait été amené à lire des travaux ethnographiques, à rapprocher l'histoire de l'ethnographie, dialogue interdisciplinaire qui devait connaître après Marc Bloch un grand développement avec l'anthropologie historique. L'ouvrage qui l'influença le plus fut le célèbre Rameau d'or ou les origines modernes de la royauté de Frazer.
Marc Bloch ouvrait ainsi brillamment la voie qui devait conduire à l'histoire des Mentalités. Il les présentait à travers deux réflexions : celle sur la croyance aux miracles, et celle sur la croyance en des guérisons qui, aux yeux d'un esprit rationnel moderne, ne pouvaient être considérées que comme " fausses ". Marc Bloch avait éclairé ses réflexions par une expérience personnelle récente : la circulation des " fausses nouvelles " pendant la guerre de 14-18. Enfin, dernier emprunt à l'ethnologie, Marc Bloch analysait le toucher royal des écrouelles comme un rite.
Mais le plus neuf était le renouvellement de l'histoire politique. Les rois de France et d'Angleterre n'étaient plus seulement des rois guerriers, de grands seigneurs féodaux, des administrateurs de plus en plus puissants mais des rois sacrés et merveilleux, des sortes de sorciers. Et c'est de là que venait leur plus grand prestige. C'était annoncer le renouvellement de l'histoire par la considération du symbolique et du magique comme signe et instrument du pouvoir. C'était esquisser une histoire de l'imaginaire politique.
Enfin Marc Bloch étudiait, dans la longue durée, la genèse de cette croyance du XIIe au XIIIe siècle jusqu'à son déclin et à sa mort en Angleterre dès le début du XVIIIe siècle avec la dynastie protestante hanovrienne. En France le rite se prolongea jusqu'à la Révolution et Charles X tenta une fois de la ressusciter en 1825. La raison de cette mort est qu'on avait cessé de croire au caractère sacré des rois.
Les historiens universitaires en 1924 réservèrent un accueil mitigé au livre, vantant l'érudition du jeune Marc Bloch en qui ils reconnaissent un des leurs, mais ils regrettaient plus ou moins qu'il ait dépensé tant de qualité et de temps à un sujet bizarre qui n'était pas selon eux un " vrai " thème d'histoire. Marc Bloch, découragé par cette accueil mais aussi parce qu'il pensait que l'historien n'était pas encore suffisamment armé scientifiquement et intellectuellement pour bien traiter de tel sujet, a abandonné cette voie.
Après 1945, Les Rois thaumaturges apparurent d'abord comme un livre mineur par rapport aux " grands " ouvrages : Les Caractères originaux de l'histoire rurale française et La société féodale.
Les Rois thaumaturges furent pourtant réédités en 1961 et leur réputation grandit avec les nouvelles problématiques d'une histoire politique de plus en plus sociologique et anthropologique ; leur réputation fut sanctionnée par une seconde réédition couronnée d'un grand succès dans la prestigieuses " Bibliothèque des Histoires " chez Gallimard.
Aujourd'hui par un étonnant retournement de hiérarchie, Les Rois thaumaturges est pour le public éclairé " le " grand livre de Marc Bloch. C'est en tout cas un " grand livre ", passionnant et toujours pionnier.

 
 

Présentation
par Étienne Bloch

Présentation
par Jacque Le Goff